Envoi du mail en cours
 

Rester connecté

Douleur /
× Douleurs neuropathiques

157 articles dans cet axe pathologique
3 caractères minimum
Vitamine D et traitement de la neuropathie diabétique
Article Commenté
Source : BMJ Open Diab Res Care 2016 ; 4:e000148.
Vitamine D et traitement de la neuropathie diabétique
Dr Raja Moukhlis (Paris) le 25 Février 2016
La vitamine D est de plus en plus utilisée chez les sujets à risque notamment le risque ostéoporotique. Les sujets diabétiques reçoivent donc souvent de la vitamine D. Les auteurs de cette étude ont évalué la relation entre la substitution en fortes doses de vitamine D et l’évolution de la neuropathie diabétique notamment chez les patients ayant des douleurs neuropathiques...
Lire la suite
Articles scientifiques (151)
Cas cliniques (6)
Article Commenté
Source : BMJ Open Diab Res Care 2016 ; 4:e000148.
Vitamine D et traitement de la neuropathie diabétique
Dr Raja Moukhlis (Paris) le 25 Février 2016
La vitamine D est de plus en plus utilisée chez les sujets à risque notamment le risque ostéoporotique. Les sujets diabétiques reçoivent donc souvent de la vitamine D. Les auteurs de cette étude ont évalué la relation entre la substitution en fortes doses de vitamine D et l’évolution de la neuropathie diabétique notamment chez les patients ayant des douleurs neuropathiques...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Lancet Neurol 2015 ; 14(2):162-73.
Douleurs neuropathiques chez l’adulte : méta-analyse et revue systématique - Les nouvelles recommandations en 2015
Pr Françoise Laroche (CETD, Hôpital Saint-Antoine - Paris) le 6 Avril 2015
Les douleurs neuropathiques sont fréquentes (environ 7% de la population générale française). Les études épidémiologiques ont montré qu’elles faisaient partie des douleurs les plus sévères responsables d’un retentissement (notamment émotionnnel) le plus altéré. Entre avril 2013 et janvier 2014, le groupe NeuPSIG d’experts de l’IASP (International Association for the Study of Pain) a revu toutes les études et méta-analyses des essais randomisés...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
L’Algie Vasculaire de la Face (AVF) est réputée suicidaire. Avant d’en arriver là, il reste le recours aux neurochirurgiens fonctionnels…
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 11 Octobre 2014
10 à 15% des algies vasculaires sont chronicisées, répondent mal au traitement médicamenteux, si bien que 10 à 20% de ces patients avec forme chronique se retrouvent sans aucune possibilité de traitement. C’est oublier le neurochirurgien, puisqu’au début des années 2000, basés sur des données d’imagerie fonctionnelle, les traitements par stimulation de l’hypothalamus ont été proposés à ces patients désespérés. Une série de 12 patients est...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
Du nouveau dans les névralgies trigéminales : efficacité d’un bloqueur des canaux Nav 1.7
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 11 Octobre 2014
Le traitement de la névralgie trigéminale repose sur l’utilisation de bloqueurs des canaux sodiques comme la carbamazepine ou l’oxcarbazepine. Ces traitements induisent toutefois fréquemment des effets secondaires et nécessitent une augmentation lente des doses. Dans ce contexte, les auteurs ont évalué la tolérance et l’efficacité d’un bloqueur des canaux sodiques Nav1.7 dans la névralgie trigéminale essentielle. 67 patients ont reçu d’emblée une dose de produit actif
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
Pour ne pas avoir mal, dormez !
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 11 Octobre 2014
Une nouvelle étude de Bristol confirme les interactions aggravantes de troubles du sommeil sur la douleur nociceptive. Vingt volontaires sains ont fait l’expérience de 2 nuits en polysomnographie, dont l’ordre était randomisé : une nuit était normale tandis que dans l’autre, ils étaient réveillés systématiquement 30 minutes après chaque endormissement, pour obtenir une privation de sommeil. Il existait une hyperalgésie au chaud et au froid ainsi qu’une hyperalgésie mécanique
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
Le centre de la “pain matrix” et les alentours : ce qui se passe lors de la première seconde suivant une douleur
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 10 Octobre 2014
Les cortex operculo-insulaires et cingulaires constituent le noyau dur de la “matrice douleur” caractérisant les réponses du cerveau à une stimulation laser douloureuse. Autour de ce noyau dur, d’autres activités électriques cérébrales ont pu être mesurées dans des régions moins connues ou moins étudiées. Les enregistrements sont effectués chez 30 patients épileptiques ayant des électrodes implantées en vue d’une chirurgie de l’épilepsie. Le...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
Retiens tes émotions ! : le rôle du cortex préfrontal médian
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 10 Octobre 2014
L’expression faciale est un indicateur important de douleur en clinique. Pourtant 15 à 25% des sujets présentent peu voire pas de mimiques faciales en cas de douleur induite. Une étude antérieure a démontré qu’il existait chez ces sujets « peu expressifs », une activation accrue du cortex pré-frontal médian. La question est de savoir s’il est possible de restaurer une expression faciale de douleur lorsque l’on module cette région préfrontale.
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
Stimulation de la substance grise péri-acqueducale (SGPA) chez l’homme en thérapeutique et libération d’opioïdes
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 10 Octobre 2014
Au Royaume-Uni, certains neurochirurgiens continuent de stimuler la substance grise péri-acqueducale (SGPA) dans les cas désespérés de douleur neuropathique. Cette technique utilisée dans les années 1960-1970 a progressivement été abandonnée vu la profondeur de la cible. Considérant que les résultats n’étaient pas nécessairement nuls, cette équipe de Manchester présente 5 patients soulagés chez qui a été étudiée la disponibilité des...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
rTMS, TDS, ECT: les neurostimulations valent-elles la peine ?
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 10 Octobre 2014
La stimulation magnétique répétitive transcrânienne (rTMS), les électrochocs (ECT), et la stimulation transcrânienne en courant continu (TDCS) sont évaluées ici dans une revue de type Cochrane. 23 études sont implémentées à la revue Cochrane de 2010 pour un total de 56 études. Pour la rTMS, les basses fréquences de stimulation sont défavorables, ainsi que la stimulation du cortex préfrontal. Le seul effet discutable est à cours terme, après une seule séance de...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IASP 15th World Congress on Pain - International Association for the Study of Pain
Une insula ou des insulae dans la gestion de la sensation de nociception ?
Dr Roland Peyron (Hôpital Bellevue - St-Etienne) le 9 Octobre 2014
De quoi relancer le débat de la “pain matrix” ou “matrice de la douleur” qui agite le milieu de l’imagerie fonctionnelle en douleur depuis 20 ans… Malgré toutes les études réalisées sur le sujet, il persiste de nombreuses incertitudes et inconnues sur la manière dont le cerveau décode le message douloureux. Cette étude portait sur 28 volontaires sains qui ont accepté des stimulations électriques calibrées et douloureuses sur la pulpe dentaire, pendant une...
Lire la suite
Cas Clinique
Traiter une migraine cataméniale
Dr Christelle Creach (Hopital Bellevue - Centre de la douleur - Saint Etienne) le 16 Janvier 2004
Par Christelle Créac’h (Centre Stéphanois de traitement de la Douleur, Saint-Etienne) Mme G., 31 ans, mère de 2 enfants, migraineuse depuis la puberté, sans antécédent particulier en dehors d’un syndrome de Raynaud sévère, consulte pour des migraines survenant exclusivement lors des règles. Elles surviennent généralement la veille du début des règles, et durent 3 jours. Elles sont extrêmement intenses, résistent aux antalgiques classiques, ce qui conduit de temps en temps la patiente aux urgences. Elle doit cesser son travail au moins 2...
Lire la suite
Cas Clinique
Patiente de 49 ans, névralgie
Dr Joseph Maarrawi (Hôpital Neurologique - Lyon) le 4 Novembre 2003
Par Joseph Marrawi Il s’agit d’une patiente de 49 ans, sans antécédent particulier, qui a présenté une douleur d’installation brutale dans le territoire du V.2 à droite, à type de brûlures permanentes, auxquelles se surajoutent des décharges électriques. Ces douleurs à prédominance cutanée étaient associées à des douleurs de la muqueuse gingivale sous-jacente. Elle a consulté un stomatologue : une radiographie panoramique a été réalisée et, sur la base de quelques doutes sur des anomalies dentaires, un traitement local a été commencé....
Lire la suite
Cas Clinique
Un cas de douleurs rebelles après un accident vasculaire cérébral
Dr Christelle Creach (Hopital Bellevue - Centre de la douleur - Saint Etienne) le 22 Avril 2002
Christelle Creac'h, Centre Stéphanois de la Douleur Monsieur X, âgé de 65 ans, présente depuis 2 mois des douleurs de l’hémicorps droit épargnant la face, à renforcement pseudoarticulaire. Le patient décrit ses douleurs actuelles comme des torsions, des broiements, accentuées par des stimuli tactiles répétés, par la pression ou le simple contact du drap, accompagnées de fourmillements et picotements désagréables, spontanés ou déclenchés par le tact. Il ne peut plus prendre de douches froides ou chaudes qui lui accentuent les douleurs. ...
Lire la suite
Cas Clinique
Un cas de céphalées nocturnes
Dr Christelle Creach (Hopital Bellevue - Centre de la douleur - Saint Etienne) le 22 Avril 2002
Christelle Creac'h, Centre Stéphanois de la Douleur Présentation Mme H., 55 ans, 170, 60 kg; Antécédent de migraines sans aura (détérioration de la qualité de vie ancienne; résistance à de multiples traitements de fond; échec d ’un premier sevrage en 95) et antécédent dépressif ; Céphalées quasi-quotidiennes matinales (cervicalgies puis céphalées diffuses; fréquentes migraines surajoutées) ; Abus médicamenteux ancien en Gynergène caféiné ® -Propofan® - Advil®; Examen neurologique,...
Lire la suite
Cas Clinique
Prévention et traitement de la névralgie post-zostérienne
Clinique - Thérapeutiques préventives - Thérapeutiques de NPZ
Dr Christelle Creach (Hopital Bellevue - Centre de la douleur - Saint Etienne) le 8 Janvier 2002
Madame Z., âgée de 70 ans, présente une douleur en bande dans un niveau D4-D8 à gauche, apparue 3 jours avant une éruption dans le même territoire. Son état général est bon, en dehors d'un début de détérioration cognitive, et d'une hépatite C post-transfusionnelle. Elle ne prend actuellement aucun traitement en dehors du Préviscan, instauré depuis 2 mois, pour une fibrillation auriculaire, et du Contramal 200 LP 2/j. A noter la présence d'un stimulateur cardiaque. Questions ( Cliquez sur les questions pour avoir le commentaire...
Lire la suite
Cas Clinique
Prévention et traitement de la névralgie post-zostérienne
Clinique - Thérapeutiques préventives - Thérapeutiques de NPZ
le 7 Janvier 2002
Madame Z., âgée de 70 ans, présente une douleur en bande dans un niveau D4-D8 à gauche, apparue 3 jours avant une éruption dans le même territoire. Son état général est bon, en dehors d'un début de détérioration cognitive, et d'une hépatite C post-transfusionnelle. Elle ne prend actuellement aucun traitement en dehors du Préviscan, instauré depuis 2 mois, pour une fibrillation auriculaire, et du Contramal 200 LP 2/j. A noter la présence d'un stimulateur cardiaque. Questions ( Cliquez sur les questions pour avoir le commentaire...
Lire la suite